ZNIEFF

Lancé en 1982, l’inventaire des Zones Naturelles d’Intérêt Ecologique Faunistique et Floristique (ZNIEFF) a pour objectif d’identifier et de décrire des secteurs présentant de fortes capacités biologiques et un bon état de conservation. On distingue 2 types de ZNIEFF :

  • les ZNIEFF de type I : secteurs de grand intérêt biologique ou écologique.
  • les ZNIEFF de type II : grands ensembles naturels riches et peu modifiés, offrant des potentialités biologiques importantes.

L’inventaire ZNIEFF concerne progressivement l’ensemble du territoire français (Métropole, près de 15000 zones : 12915 de type I et 1921 de type II, Outre-Mer, milieu terrestre et marin).

Une modernisation nationale (mise à jour et harmonisation de la méthode de réalisation de cet inventaire) a été lancée en 1996 afin d’améliorer l’état des connaissances, d’homogénéiser les critères d’identification des ZNIEFF et de faciliter la diffusion de leur contenu. En 2004, près de 2000 ZNIEFF ont été modernisées et validées au plan national sur 3 régions (Limousin, Normandie, Champagne-Ardenne).

Élaboration de l’inventaire

La collecte de l’information est réalisée au niveau régional selon une méthodologie commune et définie conjointement par le MNHN et le MEDD, afin de garantir au mieux la cohérence des informations en provenance des différentes régions. La saisie se fait sur un logiciel développé spécifiquement. Après validation régionale par le Conseil Scientifique Régional de Protection de la Nature (CSRPN), les données sont transmises au MNHN pour validation nationale.

Les DIREN sont maîtres d’œuvre de l’inventaire, elles s’appuient sur un Secrétariat scientifique qui peut être délocalisé (confié à une association locale de protection ou d’étude de la nature) et sur un CSRPN. Les observations sont transmises par l’ensemble du réseau naturaliste : ONF, ONCFS, CSP, RNF, CELRL, Espaces naturels de France, associations d’études et de protection de la nature. Les Conservatoires botaniques nationaux participent activement à l’inventaire ZNIEFF, d’une part à travers le secrétariat scientifique qu’ils assurent parfois et, d’autre part à travers le réseau de collecte des données.

Le MEDD est commanditaire de cet inventaire, il coordonne les DIREN et le MNHN dans ce sens et apporte un soutien financier pour le fonctionnement de ce programme.

Pour des raisons techniques, l’inventaire ZNIEFF est sous-divisé en quatre thématiques : ZNIEFF Terre métropole, ZNIEFF Mer métropole, ZNIEFF Terre DOM et ZNIEFF Mer DOM. Le MNHN assure, pour l’ensemble du programme, la coordination méthodologique et la validation scientifique de l’inventaire.

Pour en savoir plus : cliquer ici pour aller sur le site du l’Inventaire National du Patrimoine Naturel.

Inventaire des ZNIEFF en Alsace

En 2015, l’Alsace met à jour l’inventaire de sa biodiversité. Un travail conséquent et concret qui n’a été possible que grâce aux données, que vous, chers observateurs, transmettez au GEPMA et à ODONAT et qui trouvent aujourd’hui un écho tangible dans l’actualisation de cet outil au service de la protection de la nature.

L’Inventaire des ZNIEFF d’Alsace est désormais disponible sur le site de l’Inventaire National du Patrimoine Naturel.

Pour accéder directement à la liste des sites alsaciens, cliquer ici.

“La modernisation de l’Inventaire des Zones Naturelles d’Intérêt Ecologique, Faunistique et Floristique (les ZNIEFF) pour l’Alsace est terminé. L’inventaire est disponible sur le site de l’Inventaire National du Patrimoine Naturel (INPN). Le premier inventaire, mené dans les années 1980, est complété et actualisé. Les travaux, menés sous l’égide du Conseil Scientifique Régional du Patrimoine Naturelle Alsace (CSRPN) et du Muséum national d’Histoire Naturelle (MNHN) pour la Direction régional de l’Environnement, de l’Aménagement et du Logement Alsace (DREAL), ont débuté en 2009 et se terminent aujourd’hui, en juin 2015. L’inventaire a pour but d’identifier, de décrire et de cartographier les sites alsaciens ayant de fortes capacités biologiques, un bon état de conservation et une remarquable richesse en plantes, en animaux et en milieux naturels, pour la plupart rares et menacées.

Pour réaliser cet inventaire, les associations naturalistes rassemblées dans l’Office des Données Naturalistes d’Alsace (ODONAT) – la Société Botanique d’Alsace, la Ligue pour la Protection des Oiseaux, le Groupe d’Étude et de Protection des Mammifères, Bufo pour les amphibiens et reptiles, Imago pour les insectes et autres invertébrés – et des experts naturalistes ont mis à disposition du CSRPN et de la DREAL l’ensemble des données récentes et pertinentes sur la flore, la faune et les habitats naturels. La Direction Est du Centre d’études et d’expertise sur les risques, l’environnement, la mobilité et l’aménagement de l’Est (Cerema) a coordonné l’ensemble des travaux. Au cours d’une première étape, une « valeur » a été donnée aux plantes, aux animaux et aux habitats remarquables (valeurs 5, 10, 20 et 100). Il s’agit principalement des espèces protégées et/ou des espèces classées menacées dans les Listes Rouges nationales et régionales, mais également d’espèces plus fréquentes indicatrices d’habitats remarquables. L’ensemble constitue les espèces et les habitats déterminants des ZNIEFF d’Alsace : 823 espèces faunistiques, 928 espèces floristique et 115 habitats.

Toutes les données disponibles de localisation précises des espèces déterminantes de flore, de faune et de milieux naturels, soit plusieurs centaines de milliers d’observations naturalistes, ont été rassemblées dans une base de données géographique puis cartographiées. De cette multitude de points, selon les «valeurs» précédemment attribuées aux plantes, aux animaux et aux habitats, des espaces cohérents au point de vue écologique et fonctionnel ont été identifiés, cartographiés et vérifiés sur le terrain. Ces sites sont considérés comme d’intérêt et rassemblent en l’occurrence au moins la valeur 100 cumulée pour la flore, la faune et les habitats. Au total, 51 460 données ont été retenues. Ils ont été analysés, délimités, cartographiés et décrits. Deux types de ZNIEFF ont été distingués, les ZNIEFF de type I : secteurs de grand intérêt biologique ou écologique et les ZNIEFF de type II : grands ensembles naturels riches et peu modifiés, offrant des potentialités biologiques importantes.

Les deux Parcs Naturels Régionaux ont participé à cet inventaire sur leur territoire d’intervention, ainsi que plusieurs bureaux d’études (Climax, Écolor, OGE, Reinhold Treiber & Cécile Billard). De nombreuses vérifications de terrain ont été effectuées par l’ensemble des intervenants et par des naturalistes bénévoles. A chaque étape, le CSRPN organisait des réunions de travail élargies pour discuter des sites, de leur pertinence et de leurs limites géographiques. Enfin toutes les ZNIEFF ont été revues, analysées et validées officiellement par le CSRPN en séance plénière, puis envoyées au MNHN pour une mise en cohérence nationale. Après quelques aller-retour, le Muséum a validé les ZNIEFF d’Alsace et vient de les déposer sur son site : l’Inventaire National du Patrimoine Naturel.

Cet inventaire est devenu aujourd’hui un des éléments majeurs de la politique de protection de la nature. Il doit être consulté dans le cadre de projets d’aménagement du territoire (document d’urbanisme, création d’espaces protégés, trame verte et bleue, etc.), mais il ne protège pas le site.

Au total, l’Alsace rassemble 524 ZNIEFF (465 ZNIEFF I et 59 ZNIEFF II) qui occupent une superficie de 1 224 km² pour les ZNIEFF I et 1 951 km² pour les ZNIEFF II, soit au total environ 1/3 de la superficie de l’Alsace. Au total, 767 communes d’Alsace sont concernées par une ZNIEFF.”

Michel HOFF, Président du CSRPN Alsace